mardi 29 août 2006

La presse est morte, vive la presse !

A peine rentré de vacances, je retrouve ce bon vieux monde des médias traditionnels dans un état de morosité avancé. MySpace débarque en France et j'entends déjà certains de mes confrères parler (à tort) de nouvelle menace pour les médias. "Menace" est un mot très à la mode en ce moment dans les salles de rédaction françaises.
Pire : à peine le cabinet Precepta publie-t-il une étude à 3000 euros (lire ici, ici et ) pour nous révéler que la presse française est (très) en retard sur le Net (qui en doutait ?), que The Economist y va à nouveau de son clairon moribon : ça y est, les journaux sont morts ! (lire ici, ici et ici) Ou ils le seront bientôt. Ils disparaîtront en 2043, par exemple. L'an passé, on disait la même chose, mais on parlait de 2014 ou 2015. D'ailleurs, pour l'un des plus grands groupes de presse mondiaux, Knight Ridder, ce sera sans doute 2005 (ici et ). L'empire n'a pas su s'adapter au changement, et c'est peut-être bien là le problème.

Bref, la rentrée a des airs de Toussaint. Quand, lors de mon intervention au congrès "Médias et proximité" de Biarritz, j'ai expliqué (ici), chiffres à l'appui, que le business model de la presse écrite payante était mort, s'il n'incluait que la presse écrite payante, j'ai bien cru que certains confrères allaient s'étouffer. "Dis coco, c'est encore le papier qui te fait vivre, ne l'oublie pas..."
C'est vrai: aujourd'hui ce n'est pas Internet qui ramène le steak à la maison, c'est le papier.

Mais ce n'était pas le fond de mon discours qui choquait : tout le monde est d'accord pour reconnaître que même si, en grapillant ça et là, la diffusion et les revenus publicitaires peuvent encore augmenter, la presse quotidienne ne recrute plus de nouveaux lecteurs. Tandis que les coûts de production, eux, continuent de grimper.

On le pense, donc, évidemment, on le sait. Mais de là à le dire publiquement, il y a un cap.
C'est comme un coming out. Une fois que c'est dit, on se sent beaucoup mieux.
Tenez, moi, par exemple, je vais très bien. Je travaille dans la presse papier et je me sens en pleine forme pour démarrer la rentrée.

Il est clair que les géants de papier doivent faire aujourd'hui comme faisaient nos anciens : élever leurs enfants pour assurer demain leur retraite. Le papier, qui gagne de l'argent, doit investir dans le Net, qui n'en gagne pas, pour que demain le Net fasse vivre le papier.
Le business model du papier n'a mathématiquement pas d'avenir, mais le papier en a encore un, jusqu'à nouvel ordre, parce qu'il contribue à asseoir la marque. Ceux qui affirment le contraire sont des "madame Soleil", pas des stratèges. Et même si, au bout du compte, le support papier n'avait pas d'avenir, où est le problème ? C'est un débat de marchands de papier, pas de patrons de presse. Sony, qui venait d'inventer le walkman cassette, n'a pas vécu l'arrivée du disque laser comme le glas de sa profession. Au contraire. Mais l'industrie électronique est organisée autour du changement. Pas la presse. C'est là que le bât blesse. Et tue, parfois...

La presse est morte ? Vive la presse ! La presse aujourd'hui, surtout la presse locale, c'est d'abord une communauté, une marque. C'est un sillon tracé depuis des années dans le paysage de la population. Il y a un demi siècle, rappelle Loïc Le Meur, Arthur Miller disait déjà qu'un bon journal était une nation qui se parlait à elle même. C'est sur cette base ancestrale que repose le vrai modèle économique de la presse de demain : la communauté. Pas sur la seule vente de contenus d'information, qui ne dégage pour l'instant aucun business model prometteur.

Dans l'hyperconcurrence qui s'annonce en ligne sur le marché des news et des services, l'implication historique et affective de la marque presse dans le quotidien de la population est plus qu'un atout. C'est un coeur qui bat.

8 commentaires:

joel ronez a dit…

bon, ça va, je vois que tu es revenu en forme de Biarritz... :)

joel ronez a dit…

le permalien du résumé de ton intervention de Biarritz :
http://blog.rmp-biarritz.fr/archives/2006/08/benoit_raphaeel_1.html

(la version podcast arrive...)

Pascal Vallade a dit…

"C'est vrai: aujourd'hui ce n'est pas Internet qui ramène le steak à la maison, c'est le papier." Et encore, c'est de plus en plus difficile.

Connaissant de l'intérieur le monde de la presse (dans la micro locale) je trouve très intéressante l'initiative de ces rencontres "Médias & Proximité". L'un des problèmes c'est quand même les mentalités, et notamment celles des patrons de presse (au sens large) qui ont du mal avec la culture du net. Il y a aussi une opposition corporatiste de certains qui pensent que l'info gratuite leur prend des lecteurs. Quant à l'image des rotatives - en tête de ce billet -  je la trouve très pertinente. Quand "Sud-Ouest" a dû faire face à des mouvements sociaux avec de nombreuses non parutions l'édition était en ligne sur leur site. Je me rappelle de la rogne d'un chef d'agence quand je lui ai appris que j'avais lu son papier sur le net !
Mon Press-Blog : Le Press-Blog de Pascal Vallade

Chrys | GreBlog MonGrenoble a dit…

"Le papier, qui gagne de l'argent, doit investir dans le Net, qui n'en gagne pas, pour que demain le Net fasse vivre le papier."

Cette phrase interpelle ! j'ai lu ou entendu cette idée à de nombreuses reprises. :-)

Bonne rentrée :-)

Chrys

Eric Tourtel a dit…

Bonjour... et bravo pour ton exposé de BTZ que je viens de lire... effectivement ça a du grincer!!!
Il est évident que de nombreux supports online vivent encore du papier (même si de plus en plus commencent à être très rentables), et il est aussi évident que si le papier n'évolue pas c la presse online qui financera le papier dans pas trop longtemps. Philip Meyer affirme que 2043 sera la dernière année de la presse papier... je n'y crois pas non plus. Ce dont je suis certain en revanche c que le modèle de la presse papier devra changer pour survivre. Comme je l'avais dit à Olivier Douard il y a peu, je pense que l'actualité n'est plus du tout compatible avec le papier, et que les quotidiens devraient se recentrer sur l'investigation, les dossiers, etc. Aujourd'hui je pense que "Courrier International a beaucoup" plus d'avenir que la grande majorité de quotidiens dont il vit en publiant leurs articles... parce qu'il y aura toujours de bons articles, et surtout de bons dossiers à publier. Cela dit ces quotidiens parient toujours sur des premières de couv' de l'actualité de la veille, alors que les lecteurs online ont déjà tout lu à ce sujet.
Le problème du target "jeune" est aussi réel... il faudrait trouver un modèle de presse papier adapté à une personne qui lit l'actualité sur le net, mais qui préferait certainement lire un dossier "dense" sur papier (on passe déjà assez de temps devant l'ordi en travaillant... pas la peine d'en rajouter!!)

Voilà un peu de ce que je pense... il y a tellement de choses à dire à ce sujet... Bonne journée à tous!!

Eric

jffarny a dit…

Salut Benoit,
Qué morosité ??? Il y a encore tellement de trucs à faire qu'il faut chausser sa plus belle banane pour continuer d'avancer ;)

phil a dit…

Salut Benoît,
alors bien rentré ? (tes clés...) Ravi de t'avoir rencontré. A bientôt sur les blogs

Eric a dit…

"Arthur Miller disait déjà qu'un bon journal était une nation qui se parlait à elle même."

C'est ce qui fait la différence entre faire un journal pour séduire des annonceur et faire un journal pour défendre des idées...

(le mot "nation" a-t-il le même sens qu'à l'époque de Miller?)