jeudi 10 septembre 2009

Google veut révolutionner l'info payante: mais que vendre ?


Oubliez l'Apple Keynote d'hier soir (toujours rien sur l'Apple Tablet...), cette semaine, c'est Google qui fait l'événement. Et en mettant justement les pieds dans l'un des bastions les plus prometteurs d'Apple: le micropaiement.

Que propose Google ?
Tous les contenus doivent être accessibles, continue de plaider le géant américain, mais cela ne veut pas dire qu'ils doivent être gratuits.
Google va donc proposer dès l'année prochaine un système de micropaiement aux internautes.

Cherchez avec Google, payez avec "Google Checkout" (le nom de ce nouveau service).

Les applications envisagées iront de l'abonnement mensuel, à l'achat à l'unité jusqu'au paiement de packs de contenus émanant de plusieurs publications. Par exemple: un Top 10 des contenus éco du jour.

Comme Apple avec AppStore, ou comme avec son propre "Android Market" (le service d'applications mobile de Google) Google prendra 30% sur ces transactions.

Cette annonce, qui est en fait une réponse à une requête lancée par la NAA (Newspapers Association of American) sur la monétisation des contenus des journaux sur Internet, pourrait bien annoncer une vraie révolution.

Pourquoi ? Parce que le modèle du tout gratuit sur Internet est en crise.
Mais surtout parce que la proposition émane de Google. Et que Google est l'une des rares firmes (avec Apple sur le mobile) à pouvoir proposer un système unitaire de micro-paiement = Google organise l'information sur Internet, Google démocratise le système du "single-sign-on" (un seul compte pour plusieurs services), demain Google proposera le système de paiement sur les contenus qu'elle organise.

Voici le document envoyé par Google à la NAA:

Google's proposal to the Newspaper Association of America

J'avais déjà évoqué ce débat du gratuit/payant il y a trois ans sur ce blog, à la suite d'une discussion que j'avais eu en juin 2006 avec Nathan Stoll, le patron de Google News, à l'issue d'une conférence. Il nous disait: "Je ne suis pas pour le tout gratuit. Si payer est pratique pour les gens, alors il faut faire payer. Mais rien ne bougera tant que payer 1$ sur Internet sera compliqué pour le client".

Je n'ai pas changé d'avis.

Si Google démocratise le micro-paiement, et l'inclut de façon "indolore" dans le parcours de recherche de l'internaute, il y a fort à parier que cela entraînera une nouvelle mutation de l'écosystème de l'info.

Une question demeure : que peut-on vraiment vendre ?
Le parallèle avec iTunes a ses limites. Un morceau de musique est un contenu indivisible, qu'il faut pirater si on veut l'écouter sans payer, et dont on profitera toute sa vie. Une info, c'est beaucoup moins concret. Une info, une fois qu'elle est entrée dans le domaine public, perd sa valeur et peut être partagée gratuitement sans passer par la case copier-coller. Difficile de la vendre, même avec un système aussi "indolore" que le micro-paiement.

Le modèle payant dominant aujourd'hui est celui de l'abonnement premium. Un vrai come-back, même s'il a plus de dix ans.
Mais il relève en fait du modèle "freemium": il ne repose pas spécifiquement sur la vente de contenus mais plutôt l'appartenance à un club, le soutien à une cause, l'achat de services.
On crée du trafic en mettant à disposition gratuitement des contenus, et on fait payer des services.

Mais pas, à proprement parler, de vente de contenus d'info.


Y-a-t-il d'autres pistes ?
Revenons à la révolution Apple, qui semble se faire couper l'herbe sous les pieds avec le projet de Google.

Sur quoi repose cette révolution ? Avec le iPhone, Apple a bouleversé l'écosystème de l'info sur mobile. Et donc de l'info online puisque la mobilité est la prochaine étape du Net.

Revoyons ces étapes :
1- Années 90: l'ère WWW. L'info est organisée en rubriques sur le site Internet du média
2- Années 2000: l'ère Yahoo. L'info est rassemblée non plus sur des sites mais sur des portails
3- Années 2002-2008: l'ère Google et le web 2.0. L'info est fragmentée et s'organise autour des contenus organisés par Google.
4- Années 2010: l'ère iPhone et NetPC. L'info s'organise autour des applications téléchargées sur votre device mobile (Net PC, iPhone ou GooglePhone).

On pourrait s'amuser à faire un classement des médias pour voir à quelle étape ils sont restés... Et vous, à quelle étape vous situez vous ?

L'étape 4, c'est donc celle de l'application.
Elle s'est démocratisée avec l'iPhone et Android. Elles sont en train de se développer sur les Net PC. C'est l'une des grandes idées de Jolicloud (par Tariq Krim, fondateur de Netvibes), dont la version béta vient d'être lancée.

Et l'on se rend compte que ces applications se vendent plutôt bien, grâce au micro-paiement d'Apple (le modèle iTunes) et qu'elles vont également permettre (depuis cet été) d'acheter en un seul click des services et des contenus.

Et si nous pensions les contenus d'info de demain comme des applications ? A quoi pourrait ressembler une appli-documentaire, par exemple ?

Nous n'avons pas fini de re-penser l'info sur le réseau.

10 commentaires:

mikiane a dit…

Benoit, Google Checkout est loin d'etre nouveau.


Cette annonce est trés étonnante de la part de Google (la firme s'est batie sur le principe du tout gratuit!)

Est-ce un effet Murdoch? Ca m'étonnerait.

Dans une économie de l'abondance ce qui a de la valeur ce n'est pas le contenu lui même. il est abondant, donc sans rareté, donc à prix nul. Ce qui a de la valeur c'est ce qui nous permet de sortir du chaos de contenus dans lequel nous baignons...

La valeur c'est le filtre. C'est le "Lien" au sens large, c'est à dire le contenu dans un contexte, en rapport à un lieu, un moment, un lecteur, un format...

A ce propos j'avais planché sur Les contenus à l'heure de l'abondance:http://mikiane.com/node/2009/05/18/les-contenus-lheure-de-labondance

Jeff Mignon avait apporté des éléments de réponse interressants:http://www.youtube.com/watch?v=A5PAOEt3nrM


Pour finir, je pense que cela reste une affaire de concurrence. Il y aura toujours un acteur pour proposer un service de même qualité à un cout inférieur, voir nul (gratuit), ou même négatif (consommateur rémunéré...). Le dernier cas de figure n'est pas impossible: Quand Eric Schmidt compare Google à une banque, il prépare peut-être cette nouvelle étape. Il fait le parrallèle entre l'époque ou on stockait l'argent dans les matelas à celle ou on stockait nos données sur des disques locaux; Il dit notament que nous commencons à stocker nos datas chez Google pour des raisons de sécurité et parcequ'elles ont plus de valeur quand elles sont mises en commun. Bientot peut etre seront nous remunéré pour cela...?

enikao a dit…

A noter une autre initiative cherchant un financement ailleurs que dans la publicité : sur le modèle de spot.us, le projet Glifpix fondé sur la participation et la souscription.

http://www.glifpix-project.com

Jérôme Flipo a dit…

checkout.google.com existe depuis plus de 2 ans.

Et la conclusion sur les applications n'a rien à voir avec un service de micropaiement (cf. Checkout et PayPal n'ont absolument pas besoin d'applications) et surtout, ça ne va absolument pas avec la stratégie de Google, qui est d'éviter les applications natives (vs. webapps) à tout prix. Comme je l'ai dit sur Friendfeeed (http://friendfeed.com/benoitraphael/38bb1222/google-revolutionne-le-micro-paiement-mais), ce serait une très grave erreur d'évoluer vers cet Internet, et je n'y crois pas une seule seconde (c'est pas un hasard, si Google travaille sur Chrome OS, Gears et NatCl pour encourager le développement de Webapps puissantes ).

Rosselin a dit…

Une appli-info ? Hummmm... une sélection personnalisable des meilleurs billets sur le net par exemple ?

Benoit Raphael a dit…

@jérome: Je sais que Google Checkout n'est pas nouveau (je l'ai utilisé personnellement il y a plusieurs mois).
Ce qui est nouveau, c'est l'annonce de Google. Et la mise en place d'accords et d'outils entre la firme et les médias.

Pour ce qui concerne les applications, oui, il n'y a pas de lien direct avec Google Checkout. J'élargissais le débat autour de cette annonce à l'avenir du payant dans un environnement de micropaiement généralisé.

@mikiane: d'accord avec toi, sur la valeur du contenu. C'est tout le problème du modèle de l'AFP, d'ailleurs.

Il y a une vraie réflexion à mener. Ton document et ton analyse (que j'avais vus avec intérêt à l'époque) apportent une pierre au débat.
Mais le filtre n'entraîne pas forcément de valeur marchande...

Dans "Free", Chris Anderson propose de penser la gratuité comme une façon de reconstruire le payant. Qu'est-ce que les gens sont prêts à payer aujourd'hui ?

Je suis certain qu'il y a encore des modèles à inventer et que nous n'avons pas terminé cette passionnante révolution :)

ropib a dit…

Certes il y a un problème avec la musique et le multimedia en général qui restent indivisibles sur le web. C'est plus dommage qu'autre chose, à tel point que ça ne durera pas.

En ce qui concerne les contenus par écrit ça va être très compliqué. En effet si l'information est divisible, manipulable, transformable, et qu'on arrive à tracer toutes ces actions (citations, associations, récupérations, inspirations...) alors on va très vite voir qu'il y a bien moins de création qu'on ne le croit. La fiction reprendra ce qui a déjà été écrit par un journaliste et inversement, les nouveaux concepts ne seront que des revisites... Surtout que c'est justement toute l'idée qu'il y a dans l'industrie: la représentation de la production. En fait il n'y a que la carte des liens entre les divers fragments existants qui soit réellement créatrice, et si on commence à tracer ce qui est véritablement lu-compris-mis en relation par le lecteur on va s'apercevoir que c'est plus créatif que ce qui est écrit. Finalement c'est le lecteur qui gagnera de l'argent, vu que c'est lui qui travaille au final.

Florent Guignard a dit…

Il y aura toujours certaines personnes prêtent à payer une certaine somme pour une certaine information ou un certain contenu qui satisfait une certaine attente de leur part, reste à déterminer quel est ce "certain(e)".
Apple semble avoir déjà réussi à le faire avec sa vente de musique !

Peejay Li a dit…

je vous remercie pour ce partage d'un article de Nice.
authentic nike shoes
discount puma shoes whosale
discount nike shoes whosale
cheap nike shoes
discount nike shoes
discount puma shoes
nike mens shoes
nike womens shoes
nike childrens shoes
puma mens shoes
puma womens shoes
chaussures puma
puma speed cat
Nike Tn Chaussures
requin tn
nike shox
puma shoes
puma CAT
puma basket
puma speed
baskets puma
puma sport
puma femmes
puma shox r4 torch
nike air max requin
nike shox r3
shox rival r3
tn plus
chaussures shox
nike shox r4 torch
air max tn requin
nike tn femme
pas cher nike
tn chaussures
nike rift
nike shox nz
chaussures shox
nike shox rival
shox rival
chaussures requin
jeans online
cheap armani jeans
cheap G-star jeans
cheap ugg boots

tingting a dit…

Your article is very good.I like it very much.
spot season
Running in Autumn
It is time for sporting
puma ferrari shoes
cheap nike shoes
puma shoes
ferrari shoes
nike shox nz
Ugg Boots
nike 360 air max
nike shox shoes
cheap puma shoes
puma drift cat
cheap nike shox
nike air max 360
nike air max
pumas shoes

baobao a dit…

There was this guy who believed very much in true love and decided to take his time to wait for his right girl to appear.
nike shox nz shoes
cheap nike shox nz shoes
nike shoxs
Chaussures puma
wholesale nike shox nz shoes
cheap ugg boots
nike womens shoes
hommes nike chaussures
femmes nike
mens puma shoes
hommes puma chaussures
femmes puma chaussures
Nike Air Max 360 chaussures
Nike Air Max 90 Chaussures
Nike Air Max 95 Chaussures
Nike Air Max Ltd Chaussures
nike shox
Nike Max Tn Chaussures
nike 360 air max
nike running shoes
NIKE air shoes
nike shox nz shoes online store
nike air max
Nike Air TN Spider Chaussures
Nike Max Plata Chaussures
Nike R4 Plating Chaussures
Nike Shox Rival Velcro
Nike Shox Deliver Chaussures
Nike Shox Classic Chaussures
Nike NZ Plating Chaussures
wholesale nike shoes
nike shox torch
sneakers shoes
Nike Tn
discount nike shoes
nike shox r4
tn dollar
cheap nike shoes
nike tennis shoes
cheap nike shox
free shipping shoes
Paypal Credit card Accept
nike shoes
nike discount shoes
cheap puma shoes
nike shox shoes
chaussures nike
nike free shoes
buy shoes online
You may painfully regret, only to realise that it is too late.