mercredi 20 décembre 2006

Presse locale : comment embrasser la révolution Internet

J'évoquais dans mon précédent post l'analyse d'Antoine de Tarlé, Dga de Ouest France, sur l'attitude de la presse quotidienne régionale face à l'Internet.
Analyse perspicace, mais qui ne répond pas à la récurrente question du "comment on fait".
Les enjeux, et donc les chantiers, sont de taille. Mais ils effrayent les patrons de presse. Le vrai péril n'est pourtant pas niché dans la révolution Internet, mais dans le fait de ne pas appréhender les changements qu'elle impose à leur juste dimension.

- Comment réorganiser les rédactions autour de la production multimédia et notamment de la production vidéo ?

La vidéo est l'avenir de la locale sur le Net.
Comment le prendre en compte sans embaucher des dizaines de reporters télé ?
En révolutionnant l'organisation des rédactions autour de la production multimédia : distribuer des appareils photo/vidéo aux localiers, organiser l'envoi de vidéos par les correspondants locaux, inventer des fonctions de secrétaires de rédaction du web...
Les journalistes locaux (qui sont déjà polyvalents), et les photographes professionnels, sont moins réticents à manier une caméra qu'on ne le pense.

- Comment prendre en compte la volonté des internautes de participer à l'information ?

Cette volonté n'est pas une mode accrochée au phénomène du web2.0. Elle est profonde. Elle peut permettre à la presse locale, qui a l'expérience de l'animation des correspondants amateurs, d'enrichir son contenu et de renforcer ses liens avec la population, sans dépenser des fortunes.
Comment ? En transformant concrètement le média local en média participatif. C'est à dire en organisant cette conversation en profondeur grâce, encore une fois, à une nouvelle organisation au sein des rédactions, et à la mise en place de process de participation sur le Web, animés par la rédaction, et valorisants pour l'internaute.

- Comment créer des communautés ?

Le média local doit (re)devenir média social. Il doit héberger et animer les communautés locales sur le Net. C'est le meilleur moyen de qualifier une audience, d'aller sereinement vers le média à la carte, et de lancer facilement de nouveaux produits innovants sur le Net.
Les internautes doivent avoir envie de venir sur le site du journal pour y trouver l'information utile, mais aussi pour rencontrer d'autres internautes. Il doit donc disposer d'outils pour se présenter aux autres, pour se sentir valorisé, et pour interagir avec la communauté.

Deux règles : l'utilisateur est fournisseur de contenu, mais il est aussi lui-même un contenu.

- Comment prendre en compte toute la dimension d'Internet et générer des contenus spécifiques sans débourser des millions ?

1) En résolvant le problème de la masse critique d'infos locales gratuites adaptées au lectorat du Net : breaking news envoyées par une rédaction intégrée mais aussi par les correspondants locaux, création d'une véritable base de données locales associée à un moteur de recherche, et recrutement de blogueurs, nouveaux correspondants locaux du Web.
2) En organisant, encore une fois, la participation des internautes à l'info locale. Il ne suffit pas d'ouvrir les vannes. Il faut animer.


- Quel modèle payant efficace ?

Dites vous déjà qu'Internet ne fonctionne pas comme le papier.
Ce n'est pas parce que l'on vend un média d'information chez le marchand de journaux, qu'on le vendra également en le numérisant sur Internet.
Cela ne veut pas dire que l'on ne peut rien vendre sur Internet.
- Mais il faudra d'abord régler la question du micro-paiement.
-Il faudra inventer de nouveaux contenus adaptés au web, utiles et exclusifs (donc indispensables...), et payables à la carte en un seul clic.
- Les internautes sont également prêts à payer un abonnement pour de vrais services sur Internet, comme le dating (les sites de rencontre) par exemple, mais pas seulement.
Question : la presse régionale est-elle, sinon organisée, prête à offrir ce nouveaux type de services spécifiques au web ? C'est à dire à créer de nouveaux métiers ?


Et vous, quelles sont vos idées ?

4 commentaires:

Anonyme a dit…

bonjour,

Dans votre post vous parlez des services aux interautes comme le dating.

C'est quoi le dating?

Merci de votre éclairage

Benoit Raphael a dit…

Il s'agit des sites de rencontres en ligne. Les plus connus sont "meetic" et "match.com".

hubert guillaud a dit…

- Comment réorganiser les rédactions autour de la production multimédia et notamment de la production vidéo ?

Je ne suis pas sûr que donner une caméra suffise ou que la production vidéo pour la production vidéo puisse être un enjeu en soit ou un enjeu de masse. VinVin le dit assez bien. Le but n'est pas de concurrencer, en nombre, la production UGC, ce serait tout simplement impossible, mais bien d'offir un contenu avec de la valeur ajoutée. Et celle-ci n'est pas forcément dans la mise en ligne de vidéos d'événement locaux. Mettre en ligne la vidéo du maire qui inaugure trois chrysanthème n'a pas d'intérêt. Par contre, celles des jeunes du coin qui ont fait une vidéo de lancé de canettes qui fait le tour de la blogosphère, oui.

- Comment prendre en compte la volonté des internautes de participer à l'information ?

La valorisation des propos tenus, la mise en perspective de ce qu'il se passe sur l'internet - et pas seulement sur SA plateforme - me semble dans ce cadre là essentiel. Ce signifie aussi proposer des animations en ligne, qui ne profitent non pas au titre, mais à la communauté...

Je ne sais pas si à ce jour, il faut réorganiser en profondeur les rédactions - ce n'est pas si simple et cela prendra bcp bcp de temps... Or toute la rédaction ne va pas, du jour au lendemain basculer sur le web ou ne se concentrer que sur le web... Ca me semble précipité.

- Comment créer des communautés ?

Je ne suis pas convaincu de la nécessité de l'hébergement pour ma part, il créé plus de confusions que le contraire. Par contre, l'animation de ce qu'il se passe en ligne, oui, tout à fait. Et l'importance d'y retrouver des commentateurs habitués, mais ces commentateurs, comment les fidéliser efficacement ?


- Comment prendre en compte toute la dimension d'Internet et générer des contenus spécifiques sans débourser des millions ?

Sincèrement, je ne pense pas une seconde que les gens attendent une masse critique d'information (un volume particulier). Ils attendent surtout un décryptage de ce qu'il se passe sur le net local, augmenté d'une sélection d'information qui va justement donner de la matière à la communauté électronique locale : matière à débat, à réflexion, à rebonds... C'est en s'inscrivant dans les sujets traités en ligne localement, en apportant des compléments d'information, des réflexions nouvelles, que la presse locale peut se tailler une place en ligne.


- Quel modèle payant efficace ?

Je pense que la question est trop précoce parce que les journaux locaux aujourd'hui n'ont pas encore pris le pouls de la conversation. Il est très difficile de dire que l'on va vendre quelque chose, sans comprendre de quoi il retourne et comment ça s'articule. J'ai beaucoup de mal à croire à la vente de contenus à l'internaute (hormis livres, archives, dossiers spécifiques, etc.). Comme tu le dis, il y a des possibilités pour vendre quelques abonnements à des services intégrés et personnalisables. Il me semble surtout qu'il y a des possibilités de participation plus ou moins avancées, qui elles peuvent être monétisables - notamment auprès de sociétés commerciales (c'est-à-dire, d'inventer de nouvelles formes de publicités), mais là aussi, attention à la concurrence extérieures : les services web ne fonctionnent pas en vase clos.

Ibrahima Lissa a dit…

Je trouve votre article sur "Presse locale: comment embrasser la révolution Internet" génial. Je l'ai lu avec beaucoup d'intérêt. Là je suis en train de faire des recherches sur le développement de la presse en ligne parce que je prépare un important projet sur cela. Si vous le voulez on peut nous contact.Mon nom est Ibrahima Lissa FAYE. Je suis journaliste à Sud quotidien (1e journal privé sénégalais). Mon adresse e-mail:fayiboul@gmail.com