lundi 4 juin 2007

Du mass media au "friends media"


David Sacks, patron de la start-up "Geni" sur Techcrunch (en anglais) :
"A terme, toutes les applications Web 2.0, basées sur le savoir et la sagesse de l'audience pourront être vues comme des applications de Facebook, basées sur la sagesse des amis ou des relations professionnelles."

Facebook est la nouvelle plateforme de réseau social viral où vous partagez vos amis, vos contenus et vos news.
Après les moteurs de recherche, les réseaux sociaux comme Facebook pourraient être les nouvelles plateformes de distribution des contenus. Une circulation basée non plus sur la hiérarchisation du média ou la pertinence, mais sur une viralité portée par le partage et la confiance que l'on porte à son réseau d'amis et de relations professionnelles.
Un nouvel épisode dans la fragmentation des médias ?
Du mass média (papier, TV) au média des masses( web) pour aboutir au "média des amis" ("réseau social") ?

Qu'en pensez-vous ?

(Sources : Susan Mermit's blog et Techcrunch)

5 commentaires:

Anonyme a dit…

Moui, c'est surtout une mise en avant des fonctions "mes amis" et "ils m'ont ajouté à leurs amis"
Pas vraiment de .. paradigme là-dedans

antilapin a dit…

le média des amis j'y crois à fond

Simaozinho6 a dit…

Les services de recommendations commencent à émerger. Last.FM est l'un des service les plus aboutis dans se domaine avec une orientation du contenu en fonction de ses goûts et de son entourage (amis ou "voisins", utilisateurs ayant des goûts similaires).

A son niveau, Google permet de recommander des informations par l'intermédiaire de son gadget Google News (avec le Google Desktop), de partager ses articles préférés sur Google Reader et les envoyer par email.
La diffusion de mèmes sous formes de chaines d'emails connait une nouvelle jeunesse.

Jeff Mignon a dit…

C'est surtout là que l'on se rend compte que le site du journal devient UNE destination de son contenu et de ses services mais pas la seule destination. L'art sera - est déjà - celui de se faire aspirer son contenu par différentes plate-formes. Reste à convaincre les entreprises de presse du bien fondé financier de cette ouverture.

RENOTTE a dit…

Je travaille moi-même pour une agence de presse web-mobile (Dioranews), et je ne pense pas qu'une plate-forme de mise en relation d'individualités puisse devenir un média à part entière. Même des supports comme Dailymotion ont une équipe rédactionnelle, le patron de Dailymotion pense d'ailleurs qur les journalistes vont avoir de plus en plus de travail avec le web. C'est aussi mon avis