jeudi 3 juillet 2008

Presse sur Internet: pourquoi les Polonais sont plus forts que nous

Je rentre de Varsovie, où j'ai rencontré les équipes web du groupe Agora, qui possède le quotidien national Gazeta Wyborca, et j'ai été complètement bluffé.

Pas seulement par le building qui accueille ce jeune groupe de presse leader dans le pays. Une sorte de "gratte-ciel couché", tout en verre et en bois, où l'ensemble des services (plus de 1200 personnes) sont rassemblés sur deux longs étages ouverts, où des arbres poussent dans des puits de lumière.

Le groupe possède un quotidien avec des éditions locales, plusieurs radios, dont la première talk radio du pays, une web tv, un portail internet puissant (le troisième du pays) qui rassemble une dizaine de marques dont 5 pilotées par la rédaction web de Gazeta.
Dernier en date, un site politique, politbiuro.pl: 1 million de visites par mois après deux mois d'existence... avec seulement 1 journalistes et 3 pigistes.
Autre projet intéressant: alert24.pl. Un site contributif à la manière du "téléphone rouge" des radios, où les internautes, encadrés par deux journalistes, sont appelés à envoyer leurs infos, photos et vidéos de faits divers locaux par teléphone. Un gros succès: le site reçoit entre 30 et 50 contributions par jour, et est fréquemment exploité par les journalistes des rédactions nationale et locales.

Tout n'est pas idyllique: les relations entre la rédaction web et papier (20% des contenus du site gazeta) ne sont pas vraiment fluides. Les deux rédactions sont d'ailleurs séparées, même si les deux rédac chef participent ensemble aux conférences de rédaction. Le site du quotidien est d'ailleurs différent du portail.

L'expérience d'intégration va se faire... avec la radio! C'est étonnant, mais assez logique finalement. Le web et la radio partagent des ryhtmes et une culture assez proche: la réactivité (plus rapide sur le web, néanmoins), le direct, l'interactivité et la conversation avec l'audience, les formats courts.
Du coup, la rédaction web et celle de la radio nationale sont en train d'être déménagées dans une aîle du building Gazeta. Un seul desk, des studios d'enregistrement et de direct, juste à côté de l'impressionnant studio télé de la webTV.
Pour l'instant les journalistes des deux médias travaillent ensemble, mais chacun sur son format. Mais d'ici deux ans, chaque éditeur aura été formé à la radio ou à l'écrit web, de sorte qu'ils seront tous polyvalents et multimédia. La plupart des sons radios seront enregistrés en vidéo pour être diffusés sur le Net.

Belle expérience... qui prouve encore une fois que la question n'est pas de savoir si les rédactions doivent être intégrées ou pas. Ce sont des débats de transition. L'objectif aujourd'hui est de travailler souplement à des organisations cohérentes en fonction de chaque nouveau projet.

Mais la principale force du groupe, c'est sa capacité à innover en permanence. L'équipe web (plus de 250 personnes) a compris qu'il ne servait à rien de se lancer dans d'énormes projets, personne n'ayant de solution toute faite, mais de se donner la flexibilité nécessaire pour expérimenter sans cesse.

C'est ce qu'on pourrait appeler une stratégie agile, pas à 3 ou 5 ans, mais une stratégie de flexibilité ("flex" est d'ailleurs le nouvel adjectif à la mode pour dire "cool"...), par l'expérimentation. Une stratégie complètement adaptée à notre champ de vision actuel (personne ne sait comment les choses vont évoluer): se donner la capacité de lancer plusieurs petits projets de sites chaque année (pas de rachat, mais des créations), peu couteux (même plateforme, mini-équipes), et... apprendre!
Tout en se laissant la possibilité de stopper, sans état-d'âme, un site au bout de 6 mois s'il ne rencontre pas de succès. Gazeta vient de lancer notamment, en quelques semaines, un site de niche destiné aux adolescentes, piloté et alimenté par un binôme. Résultat: zéro cout de développement, un vrai carton d'audience...

2 commentaires:

Thomas a dit…

Effectivement, c'est un bon exemple de groupe plurimédias. Je suis assez impressionné par le site Politbiuro dont vous annoncez 1 millions de visites... mais qui n'affichent pas de publicité oO En tout cas, ça démontre bien qu'on peut faire de grandes choses avec de petits moyens, pourvu qu'on expérimente et qu'on innove.

Pour finir, j'aurai aimé un court paragraphe sur le marché de l'Internet en Pologne et principalement le nombre d'abonnés. Avez-vous ces données qui permettrait de comprendre encore mieux le succès du groupe sur tous les fronts de l'information ?

Benoit Raphael a dit…

Il y a environ 14 millions d’internautes en Pologne. 36% de la population est connectée, c'est beaucoup moins qu'en France. Et les internautes se concentrent dans les zones urbaines.
Mais cette population augmente tr_s vite.

Les chiffres d'audience ne veulent pas dire grand chose en fait, tout dépend de la façon de compter.
Le portail gazeta.pl annonce 19 millions de visiteurs par mois, ce qui vous donne une idée du succès du mini-site politique (1 million).

80% des internautes vont sur les sites d'information. Et ils sont très actifs (à voir les étonnants résultats du site contributif alert24)