mercredi 12 mars 2008

Demain, le média exportable?

Retour sur le concept de "nomadisation de l'info", développé dans un précédent post.
J'évoquais la thèse du "canon à infos", mutation naturelle du traditionnel site de news:
"L'objectif étant de parvenir à placer l'info sur les trajectoires de plus en plus aléatoires du lecteur. Et, surtout, d'embarquer le plus de valeurs possibles (infos, marque, pub...) sur ces micro-contenus."
Philippe Couve (dans les commentaires) lui préfère le terme"info liquide". On pourrait aussi parler d'info "moléculaire". Ce qui reflète mieux ce concept de dispersion nécessaire et maîtrisée de l'info: une micro-news, éjectée du site pour atteindre le lecteur là où il se trouve (rss, mobile, blogosphère, moteurs de recherhce...).
Une info exportable, qui embarque avec elle un certain nombre de données.

L'effet YouTube: L'essor des plateformes de vidéos (YouTube et Dailymotion) qui permettent à chacun d'embarquer sur son site ou son blog les contenus vidéos d'autres sites ou auteurs, a contribué à installer cette culture d'une info de plus en plus nomade.



Avant, la tendance était à la protection jalouse de ses contenus pour ramener et conserver le trafic sur son site. Aujourd'hui, proposer un lecteur exportable de vidéo (le fameux code "embed" qu'on glisse dans le code HTML de ses posts) est devenu la norme.

Tout s'exporte...
"iReport", le nouveau site participatif de CNN, propose évidemment des lecteurs exportables pour les vidéos, mais aussi pour les portfolios, et même les simples photos:


Plus fort : Soitu.es, le nouveau site d'infos nouvelle génération espagnol permet à tous de reprendre son outil flash de publication des résultats des élections législatives. Une première.
Un petit code permet en effet à tout le monde de publier un média dynamique affichant les résultats. Un bel exemple (et un vrai modèle) de dispersion de l'info au service de la marque et des usages du lecteur:



Imaginez tout ce que l'on peut faire avec ce modèle...

Plus extrême, le site internet exportable.

Xavier de Mazenod en parlait sur son blog en novembre dernier (merci Philippe pour le lien): un mini site en flashs, avec un menu, des liens, des contenus textes et multimédias mais que chacun peut reprendre chez soi:



Demain, le média exportable?

6 commentaires:

Xavier a dit…

Pour la sortie du dernier album de DaftPunk , un mini-site exportable avait été créé. Démarche intéressante.

Jean35 a dit…

Bonjour,

Vous parliez d'une info moléculaire, de micro-news dispatchées dans la galaxie web...

Est qu'on ne risque pas en fractionnant de telle manière l'information de la vider de son sens ? N'est ce pas le règne annoncée de l'info brute de décoffrage, sans analyse, ni recul, sans connexion avec d'autres infos (un comble pour internet)... Il me semble, modernité ou pas, qu'une info doit rester quelque chose de contextualisée... (Ex : Une bombe tombe... Quelles raisons, quelles conséquences directes et indirectes...)

D'où mon observation. Il me semble qu'il serait possible d'imaginer, des informations nomades mais sur des formats plus longs, plus construits... Un peu comme les mini-sites flash exportables dont parlait Xavier de Mazenod mais sur des sujets d'actualités, des reportages, des enquêtes, des sujets magazine... ?

Guillaume a dit…

Jean,

je suis d'accord avec vous vis à vis de ce risque.
Mais l'effet inverse peut aussi se produire, à savoir un enrichissement de l'info, des analyses grâce aux réactions des lecteurs.
Un risque d'un autre ordre est aussi important selon moi: le risque économique. La dilution de l'audience met en danger les revenus des médias à l'heure du digital. Il est plus que jamais nécessaire pour les médias d'avoir des contenus de qualité (ou en tout cas en phase avec les attentes des internautes) et des marques très fortes pour émerger dans ces environnnements digitaux d'hyper choix.

Jean a dit…

Guillaume

Votre remarque est vraiment très pertinente... Evidemment que l'info peut s'enrichir de ses lecteurs, contributeurs... Reste à trouver le système idéal pour le faire... La solution wiki est une piste séduisante, même si elle marche beaucoup mieux il me semble sur des sujets froids que sur des sujets encore chauds et souvent un peu "clivants"

Juste une petite remarque également sur un autre point !

Quand vous dites
"Il est plus que jamais nécessaire pour les médias d'avoir des contenus de qualité (ou en tout cas en phase avec les attentes des internautes)"... je suis évidemment d'accord sur le fond...

Loin de moi l'idée d'un journalisme déconnecté de son audience comme c'est parfois (trop souvent) le cas...

Reste à préciser ce que sont "les attentes des internautes"... Car la relation media-lecteur et media-internaute est vraiment très différente...

je m'explique (ce n'est pas toujours très clair, même dans ma tête :))

Avec le modèle "presse écrite" (un magazine ou un quotidien, plusieurs infos), le modèle JT (un temps d'attention, plusieurs sujets).., on achete un "package" d'infos... Certaines informations, certains articles correspondent à nos "attentes de lecteurs", les autres nous permettent d'élargir nos horizons culturels.. Un exemple : je suis passionné d'histoire... J'achète un numéro du Point spécial patrimoine,... je lis le dossier, mais également dans la foulée (j'ai dépensé 3 euros, j'ai envie de "rentabiliser" cet investissement) un reportage sur Areva en Afrique, qui élargit mon horizon, me permet de réfléchir, fait de moi un citoyens...

Avec internet, la multiplication des micro-contenus, des flux RSS, du social bookmarking,... c'est le journalisme à la carte... Pour schématiser grossièrement, c'est "je prends ce qui m'intéresse"...

Mais l'information sur internet, censée par sa connexion planétaire, nous ouvrir de nouveaux horizons, ne risque-t-elle pas d'aboutir à une information "éthnocentrée" : je m'intéresse ce qui me concerne, le reste non... L'"hyper-choix" que vous évoquez, par sa démesure, ne permet pas de faire des "vrais" choix...

En bref, j'ai peur qu'on assiste à un appauvrissement culturel par le net, mais également citoyen... Des pans entiers de l'information risquent d'être désertées par cette logique (prétendue souvent !) d'audience...

Un peu décousu, je vous l'accorde

Jean35 a dit…

Simplement, pour signaler un petit bricolage (c'est le mot) personnel, un peu sur le modèle de graphique, Soitu.es, d'un module exportable dans la lignée de ce que ce post évoque..

http://jeanabbiateci.hautetfort.com/archive/2008/01/08/a-guiyu-la-face-cachee-du-high-tech.html#more

(en bas de page)

Philippe Labare a dit…

A y réfléchir, le mouvement de portabilité des contenus a été entamé avec Feedburner et compères proposant de faire des RSS ou un article peut etre diffusé dans son intégralité sur un reader RSS sans aller sur le site. La monétisation pouvant passer par de la pub insérée sur le flux lui-même.

Tout est "embedable" de nos jours ...