dimanche 8 octobre 2006

La convergence est une stratégie de croissance

J'ai montré dans mon précédent post comment une entreprise de presse était en train de passer du média mono-support au moteur d'informations. Voyons comment nous autres journaux pourrions franchir le cap sans faire de la science fiction.
Que signifie la convergence des médias pour un journal ? Cela signifie revoir l'organisation de la distribution de l'info dans une approche "multi-médias". Une seule rédaction, mais plusieurs productions sur différentes plateformes.
Cela veut dire que vous ré-organisez votre rédaction (journalistes, preneurs d'images, secrétaires de rédaction, rédacteurs en chefs, correspondants...) non plus en "métiers" (papier, internet, photo, vidéo), mais en univers (sports, local, culture etc).
Concrètement : votre journaliste devra travailler son info pour plusieurs supports, donc sous différentes formes (son, texte, image) en fonction de l'heure de la journée et de la cible.
Vous aurez forcément besoin, au final, d'un système de gestion de contenus unifié mais vous n'il n'est pas indispensable de démarrer par là. On peut laisser les investissements lourds pour plus tard, une fois que la croissance de l'audience est engagée. Il faudra par contre sans doute un peu plus de journalistes intégrés, mais beaucoup moins que si vous aviez décidé de séparer le papier de l'Internet et de la vidéo. Et comme vous génèrerez de nouveaux revenus, vous entrez dans un cercle vertueux.
Science-fiction ?
"Certains patrons de presse pensent encore que la production d'infos intégrée n'est pas pour eux. Moi je pense qu'ils auront beaucoup de souci à se faire dans le futur..."
C'est ce que dit Dietmar Schantin, directeur du Newsplex. Newsplex est le programme expérimental de rédaction intégrée de l'Ifra, qui a inspiré les journaux d'Edipresse (lire mon précédent post) et le Telegraph pour ré-organiser la distribution de l'info autour du multimédia.

C'est une évidence... mais pourquoi les journaux refusent-ils de voir l'évidence de la convergence ?

- 1) Ils ont le nez dans le guidon et ont un journal à sortir chaque soir. C'est une bonne explication, pas une raison.
-2) Ils gagnent de moins en moins d'argent et ont de moins en moins de marge pour investir et donc prendre des risques.
- 2) Ils ne comprennent pas les nouveaux médias et ont peur de ne plus savoir faire.
- 3) Ils craignent encore la cannibalisation du papier par l'Internet (si l'information sort d'abord sur le Net avant de paraître sur le papier).
- 4) Et surtout : tant que le Net ne génèrera pas plus de chiffre d'affaires que le papier, la priorité restera au papier. Ce qui est suicidaire.

Pourtant, opter pour la convergence permet justement de travailler sur la croissance. Avec la convergence vous n'abandonnez pas l'ancien média pour un nouveau, vous le réintégrez simplement dans un nouveau process :
"L'idée de la convergence se résume à aligner vos process afin de gagner du temps. Et ce temps gagné peut alors être employé pour lancer de nouvelles activités sur les médias numériques."
"Le quotidien danois Nordjyske Medier, a monté une télévision sans augmenter le personnel. La convergence consiste à rendre les process standards plus efficaces afin de réinvestir le temps gagné dans de nouvelles activités. Parce que si vous avez un podcast à faire vous devez gagner du temps ailleurs. La convergence est une stratégie de croissance où l'on aura besoin de plus de monde pour s'occuper de ces nouvelles activités, mais en ayant les moyens. Parce que l'on aura plus d'audience et donc plus de publicité."

(Source : journalism.co.uk)

1 commentaire:

Georges a dit…

Chez nos voisins italiens, le Groupe Espresso (éditeur de l'hebdo L'espresso et du quotidien La Repubblica, 2e tirage national) suit une politique de diversification depuis plusieurs années déjà. Il a commencé avec des radios et s'attaque à présent à la télévision avec Repubblica TV (je crois qu'ils en sont déjà à leur deuxième année d'existence). Complémentarité forte avec la rédaction du quotidien homonyme, dont les journalistes descendent régulièrement sur le plateau tv livrer leurs analyses à chaud sur l'actualité. Elle ne diffuse pour l'instant que de 10 à 13h (live ici http://live.mediaserver.kataweb.it/repubblicaradiotv), mais a une vrai programmation avec trois journalistes qui s'alternent dans la présentation. Il y a fort à parier, qu'après une phase de rodage, elle se transformera en une véritable chaîne de télévision 24h/24. Le quotidien Corriere della sera quant à lui (1er tirage national), ne diffuse pas en direct, mais présente sur son site web toute une section de vidéos à la demande, qui sont de véritables rubriques en vidéo de ses journalistes vedettes. En comparaison, la France est encore très timide de ce côté là.