dimanche 29 octobre 2006

World digital publishing conference : The Guardian, global et local

L'audace et le dynamisme du quotidien britannique Guardian sur Internet n'est évidemment plus à démontrer. C'est la conséquence d'une vision présentée jeudi matin lors de la World digital publishing conference de Londres par Carolyn McCall, chief executive du Guardian Media Group :
il n'y a jamais eu autant d'oppportunités pour les journaux.

1- Ils ne sont plus limités aux textes et aux photos. Ils peuvent désormais jouer avec tous les médias, notamment la vidéo (le Guardian produit des reportages pour la télévision)
2- Ils passent d'une logique d'audience à une logique communautaire. Les journaux s'occupent de leurs communautés. A voir : le site de voyage communautaire du Guardian, où les internautes déposent conseils et commentaires.
3- De national et régional, le média devient global et local. "Nous vivons, avec Internet l'explosion des frontières traditionnelles".

Global : En janvier prochain, le Guardian, qui envisage de devenir un média leader dans le monde grace à Internet, lancera une homepage internationale afin de toucher, notamment, les internautes américains (7 millions de visiteurs uniques).
Local : L'exemple du Manchester Evening News (qui fait partie du groupe Guardian) regroupe l'un des plus gros quotidiens régionaux d'Angleterre (distribué gratuitement en centre-ville), un hebdo gratuit (Manchester Metro News), une radio, une télévision (Channel M) et le site "Manchester Online". Pénétration du marché : 85% ! Qui dit mieux ? "Quand vous allez dans cette région", souligne Caroyln McCall, "il vous est difficile de ne pas tomber sur la marque."
Lorsque Channel M a obtenu une interview exclusive du premier ministre britannique Tony Blair, la vidéo a été diffusée en même temps sur Internet et ouverte à la conversation. Le lendemain, une synthèse de l'événement (interview + commentaires des internautes) était publiée dans le journal, qui s'est également bien vendu.

Pour Carolyn McCall, les décideurs multimédia dans les journaux doivent faire face à cinq challenges :
1- "Une vision claire" de la stratégie digitale. Mais elle ne suffit pas. Il faut sans arrêt la répéter aux dirigeants, aux équipes, pour les rassurer et les re-convaincre. "Répéter sans cesse, c'est la seule façon de communiquer".
2- "Rester proche des utilisateurs" : il faut développer une base de données de ce que font les utilisateurs et des besoins qu'ils expriment.
3- "Innover pour apprendre" : il faut commencer quelque part (il n'y a pas de point de départ idéal), puis maintenir sans arrêt un rythme d'innovation.
4- Etre au top en terme de développement : comme pour le papier, la distribution est tout, "delivery is everything".
5- Tenir un tableau de bord de la progression de vos revenus numériques. "Vous aurez toujours besoin, pour convaincre, de montrer que ça augmente".

- Lire, sur le même sujet, l'article de journalism.co.uk
- Lire et visionner également l'intervention de C.McCall lors de l'AOP Online Publishing Conference le 4 Octobre dernier, équivalente à celle donnée lors de la World digital publishing.

2 commentaires:

Ian balat a dit…

Tableau surprenant d'un des grands journaux européens. Je ne savais pas qu'il avait atteint ce niveau de complémentarité web/papier payant/gratuit. Cela laisse l'impression qu'en France la presse a encore beaucoup à faire pour construire un modèle qui sauvera ses grands titres, économiquement et "moralement". Merci.

Christophe Bertrand a dit…

Bonjour

Personnellement, je pense que ce blog doit être mise à jour. Les billets qui sont publiés date de très longue date. Or, ce ne sont pas les actualités qui manquent.

http://www.fax-mailing.pro